Accueil > La revue de presse

vendredi 6 décembre 2019

Radars tronçons : la Cnil dézingue le ministère de l’Intérieur

L’historique des plaques d’immatriculation scannées est conservé plus d’un an au lieu des 24 heures prévues. Et le système est très mal sécurisé.

L’attaque est aussi rare que douloureuse pour le ministère de l’Intérieur. Non seulement la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) lui a adressé une mise en demeure sévère, mais elle s’est fendue d’un communiqué de presse au vitriol pour dénoncer les conditions de stockage des plaques d’immatriculation scannées par les radars tronçons. Ces derniers ne « flashent » pas les voitures en excès de vitesse : leurs bornes scannent les plaques des véhicules et calculent combien de temps ils mettent pour parcourir la distance entre deux points : si le délai est trop court, une contravention est dressée.

« Ces bornes sont équipées d’un système de lecture automatique de plaques d’immatriculation des véhicules (« LAPI ») qui lit les plaques, prend des clichés des véhicules et note l’heure exacte de passage », relève la Cnil.

Voir en ligne : Le Point du 04/12/19 par Guerric Poncet

Votre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)