lundi, 21 août 2017|

4 visiteurs en ce moment

 

Réponses des candidats aux législatives en Loire-Atlantique 2/3

Suite à l’envoi du questionnaire relatif aux législatives, le député sortant Dominique Raimbourg (4ème circonscription - PS) a souhaité rencontrer la FFMC 44.
L’entretien a eu lieu le mardi 05 juin 2012 et a duré 1H30.
Nous lui avons remis notre Manifeste.
D. Raimbourg a pris le temps de nous écouter. Il a aussi posé des questions pertinentes.

Le questionnaire a servi de fil conducteur. Les échanges ont largement dépassé le thème des questions.

La question N°1 a été l’occasion d’aborder le sujet des remontées de files.
Nous avons argumenté sur les avantages de la remontée de files ; amélioration de la fluidité du trafic en général, réduction de la pollution des 2RM (deux-roues motorisés) car ceux-ci ne restent pas statiques dans les embouteillages, meilleure sécurité des usagers en 2RM (ceux-ci ne risquent pas d’être pris en sandwich entre 2 voitures), …
Nous lui avons rappelé le peu d’accident du aux remontées de files, celles-ci se pratiquant globalement bien. Une formation ou information donnée aux automobilistes et aux usagers de 2RM permettrait encore d’améliorer cette pratique si celle-ci était légalisée.
Le député ne semble pas hostile à la pratique de la remontée de files et à la mise en place d’une expérimentation pouvant ouvrir sur une légalisation. On lui indique que l’expérimentation dure depuis plus de 30 ans dans tous les grands centres urbains … et on lui rappelle l’exemple récent de la Belgique qui l’a légalisé en 2011.

La question N°2 a été l’occasion de développer notre argumentation contre le port d’un dispositif rétro-réfléchissants de 150 cm2 (obligatoire à partir du 1er janvier 2013) et de démontrer sa parfaite inutilité.
M. Raimbourg se prononce contre cette obligation.
La question a permis d’aborder la nécessaire prise en compte des usagers en 2RM dans la formation des automobilistes pour mieux les percevoir sur la route à l’identique du permis moto qui prépare à gérer les autres types de véhicules en déplacement.
Nous insistons sur le piège de ne considérer que la visibilité des 2RM, qui se traduit pas une surenchère fluo, à opposer à la perception consciente de sa présence qui permet d’appréhender ses déplacements. M. Raimbourg complète cette analyse en confirmant que les conducteurs de 4 ou 6 roues sont formés essentiellement à détecter le déplacement d’éléments cubiques (voitures, camions, ...)
Puis, M. Raimbourg a souhaité connaître notre avis sur la généralisation de l’ABS sur les 2RM.
L’ABS sera obligatoire à partir de 2016 sur tous les 2RM.
Si nous lui reconnaissons sa capacité à éviter les blocages de roues (et donc d’éviter des glissades), mais sans réduire les distances de freinage, nous regrettons qu’il devienne obligatoire ou qu’il ne soit pas déconnectable. L’ABS aura un impact non négligeable sur le coût des 2RM et plus particulièrement sur les petites cylindrées.
Attention à la surenchère d’équipement de sécurité passive sur les véhicules au risque de déresponsabiliser le conducteur …

En ce qui concerne le contrôle techniques des cyclomoteurs (question N°3), nous avons démontré l’inefficacité de cette mesure : seulement 0,7% des accidents sont dus à une défaillance mécanique, un contrôle technique n’empêchera pas un conducteur de présenter son cyclo au centre en conformité avec la législation française, puis de le remettre hors-la-loi une fois sortis du centre.
Ne faudrait-il pas mieux engager la réflexion sur le relèvement de la vitesse maximale du cyclo (55 ou 60 km/h au lieu de 45 km/h), afin que celui-ci puisse s’insérer en toute sécurité dans le flot de circulation urbaine, et afin que cesse une majorité des débridages sauvages …
Nous développons sur la dérive vers le contrôle technique des motos, son inutilité compte tenu de la formation des motards et de la conscience aiguë de mettre sa vie en péril sur un 2RM en mauvais état. M. Raimbourg fait la même analyse du sérieux de l’entretien des 2RM par leur conducteur.
M. Raimbourg demande la position de la FFMC sur le bridage en France. Nous précisons d’abord la différence fondamentale entre débridage et "gonflage", et soulignons que les motos bridées étant n’importe comment capables de passer les 200 km/h, le fait de les débrider pour leur faire retrouver l’état voulu par leur constructeur ne change rien en pratique. Par contre, cela permet de retrouver du couple moteur, partiellement escamoté par le bridage. A la demande de M. Raimbourg s’est ensuivie une présentation technique impromptue sur ce qu’était le couple, sa relation avec la puissance, son utilité et son influence sur le comportement et l’agrément du véhicule.
Nous concluons sur les conséquences directes du bridage : moins de couple à disposition pour les manœuvres d’urgence, plus d’usure du moteur, plus de consommation de carburant, donc plus de pollution.

La question N°4 a été abordée rapidement.
Le député nous répond qu’il n’a pas de levier sur les tarifs pratiqués par les sociétés d’autoroutes.

Question N°5 : ZAPA, connait pas !
Nous avons mis en avant la ségrégation sociale que font courir la mise en place de ces ZAPA.
Déjà, que beaucoup de foyers modestes ne peuvent plus se loger en ville, ceux-ci ne pourront maintenant plus y circuler pour se rendre à leur travail …
M. Raimbourg comprend notre analyse et confirme que la politique des villes est d’écarter de leur centre tous les véhicules hors transport collectif. La technique ZAPA ne semble, à son avis, pas la bonne réponse à cette volonté.

Enfin, nous avons fait part de nos regrets de voir la Sécurité Routière mise à nouveau sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur et la Délégation à la Circulation et à la Sécurité Routière confiée à l’ex- directeur de la Police Nationale et à un proche de Sarkozy.
Va-t’on encore nous servir la sécurité routière à la sauce répression ?
Nous attendions ce premier geste précurseur d’une réelle orientation vers la prévention, nous ne l’avons (pour l’instant) pas reçu.

Rédaction : Pascale Boutet, Denis Chaimbault, Pierre Papucci

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de Fédération Française des Motards en Colère de Loire Atlantique
Nous avons envoyé un questionnaire (il est ici) aux principaux candidats aux législatives dans le département. François De Rugy (député sortant EELV - 1ère circonscription) a répondu au questionnaire sur son site. Sa réponse est ici. Christophe Priou (député sortant UMP - 7ème circonscription) nous (...)
En savoir plus »