Accueil > FFMC Loire Atlantique

mercredi 14 août 2019

L’enfer est pavé de bonnes intentions et la route est pavée d’intentions dangereuses pour les 2RM - Saison 2019 Episode 6 : 30 avril 2019 Trignac

Rencontre avec Monsieur Lelièvre Jean-Louis, adjoint (voirie et sécurité) et Mme Juliot Véronique, adjointe (sécurité routière) de Monsieur Aufort, maire de Trignac

Suite à notre courrier d’alerte concernant divers problèmes d’infrastructures allant du ralentisseur hors normes à la dégradation des chaussées en passant par des bacs de fleurs et des masses sur chaussée, nous avons reçu un courrier émanant de M Lelièvre, adjoint voirie.
Par ce courrier, nous étions informés de l’attention sourcilleuse portée par le maire au sujet de la sécurité routière … au point d’avoir inscrit Trignac pour l’obtention du label « Ville prudente » qui lui sera décerné par l’association Prévention Routière (association loi 1901) contre des frais d’inscription et le paiement de l’adhésion annuelle !

Cette réponse ne nous suffisant pas, nous avons obtenu, par téléphone, une réunion largement ouverte aux élus en charge de la sécurité ainsi qu’au technicien responsable de la voirie et au chef de la police municipale.

En 2 heures, nous avons présenté les spécificités techniques et les contraintes de la conduite d’un 2RM (équilibre et déséquilibre, nécessité de la recherche d’adhérence, de l’anticipation) ainsi que les dangers inhérents à la vulnérabilité des usagers : la faible perceptibilité par les autres et l’aggravation des blessures par l’environnement dont pour beaucoup les infrastructures. Ces explications s’appuyant sur des exemples trignacais : des ralentisseurs hors normes et dégradés, des grosses masses centrales sur l’échangeur, des potelets rigides en forme d’aiguille (risque d’arrachement des doigts) implantés par dizaine sur Certé pour séparer le trottoir de la chaussée (pas de marquage), les bacs de fleurs du lotissement de la Gagnerie trop près de la chaussée, des masses plastiques (non reconnues dans le code de la route) soulignant le marquage au sol, etc, etc …

Si nos explications ont intéressé les élus, dans un premier temps, ils ont regretté de ne pas avoir été informés avant les derniers travaux de voirie (depuis leur élection) … nous leur rappelons notre courriel adressé à toutes les mairies en novembre 2017 proposant nos connaissances techniques pour un regard préventif sur les infras ! Ils nous font part de leur volonté d’être attentifs dorénavant à la sécurité des 2RM.

C’est bien, merci pour les motards, mais comment corriger les problèmes actuels ? Hélas pour les élus trignacais ce n’est pas possible.

En effet :
- les ralentisseurs dégradés et hors normes (hauteur, localisation, signalétique) auraient du être corrigés voilà plusieurs années lors de la réfection de la route, mais la route n’a pas été refaite et ces travaux ne sont pas programmés, donc : … rien
- la masse centrale circulaire blanche sur l’échangeur s’inspirant des centres de giratoire, ne peut pas être retirée car « elle sert à ralentir ceux qui vont tout droit »… tout droit dans des panneaux ou dans un ralentisseur ou en grillant un stop ? Et elle n’est dangereuse QUE pour les 2RM, donc : …rien
- les masses plastiques roses sur les marquages au sol au niveau, entre autre, de la sortie vers St Nazaire, ce n’est pas vraiment eux les responsables car l’échangeur est géré par la DIRO (qui selon elle n’a pas posé ces masses roses !?), donc : … rien
- les innombrables potelets rigides en forme d’aiguille, pas touche ! C’est un projet d’architecte … donc : rien
- les très nombreux et récents bacs de fleurs en béton posés au ras du trottoir dans le lotissement de la Gagnerie, il n’est pas possible de les déplacer même de 50 cm car ils sont connectés à un système d’irrigation… donc : rien.

Si nous pouvons remercier les élus et les techniciens pour le temps qu’ils nous auront consacré nous pouvons résumer les décisions politiques pour la prise en compte de la sécurité des motards ainsi :
- Pour l’un, bien que se déclarant très sensible et conscient des problèmes du fait de son expérience en mobylette dans ses jeunes années, conclu que rien n’est possible pour corriger ces dangers car les élus se discréditeraient auprès des trignacais.
- Pour l’autre, bien que sincèrement consciente de la fragilité et de la vulnérabilité des usagers en 2RM, la cause de base quasi unique du danger est la vitesse … les motos vont trop vite, donc il faut qu’ils ralentissent.

Dans ces dynamiques, espérons que leur volonté d’être attentifs aux 2RM ne se traduise pas uniquement par l’accumulation d’éléments (peinture, panneaux, masses, potelets, etc) rendant toujours plus dangereuse la route.

En conclusion, sur Trignac un motard peut mourir « connement » sur les infrastructures et cela même à vitesse très réduite !
Attention, Trignac est une zone de danger en développement ! Le panneau « Ville Prudente » placé en entrée de commune ne nous sauvera pas !

Nous soulignons le réel intérêt porté à nos échanges par le responsable technique qui souhaiterait agir dans le bon sens mais qui est contraint par les choix politiques. Nous lui avons recommandé de s’appuyer sur le Guide officiel du CEREMA « Recommandations pour le prise en compte des 2RM » pour développer ses arguments et ses connaissances.

Mais nous persévérerons en surveillant si un effort est fait sur cette commune, il faut garder un peu d’espoir … si nécessaire une lettre de suivi d’alerte sera envoyée avant une action militante.

Pascale Boutet
Coordinatrice adjointe

Votre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)